Ce qu’il faut savoir sur le vin

Vin bio ou vin conventionnel ?

Aujourd'hui, dans les supermarchés ou chez les cavistes, on trouve de plus en plus de catégories de vins. On distingue entre autres, le vin bio et le vin conventionnel. Ils sont différents dans la qualité de leur cépage et aujourd'hui, ils ont également des processus de vinification différents, ce qui a des impacts significatifs sur le goût et la qualité du produit final.

Vin conventionnel, légèrement dénaturé mais goûteux


Dans le vin conventionnel, les réglementations sont extrêmement permissives. Le raisin utilisé dans le processus de vinification conventionnel est issu de l'agriculture conventionnelle qui admet l'utilisation de produits chimiques de synthèse. Ainsi, de l'agriculture à la mise en bouteille, le vin conventionnel est exposé à toutes sortes de produits chimiques. Déjà, le désherbage des champs de vigne conventionnel se fait avec des herbicides. Pour le traitement de la vigne, le viticulteur a recours aux fongicides et insecticides. La méthode de vinification du vin conventionnel incorpore des levures exogènes chimiques, des sulfites et tout autre produit chimique permettant de rééquilibrer le goût et la couleur du vin. La méthode de culture et de cuvage se fait ressentir au niveau du goût.

Vin bio, plus cher mais plus pur


Au sens large, le vin bio englobe le vin bio label AB (agriculture biologique), le vin biodynamique, le vin nature et le vin SAINS ou sans aucun intrants ni sulfites. Mais au sens strict et par opposition au vin conventionnel, le vin bio à proprement parler est obtenu de raisins issus de l'agriculture biologique. La réglementation européenne du vin bio interdisant l'usage de produits chimiques comme les pesticides, insecticides, engrais chimiques, désherbants chimiques ou OGM, le vigneron utilise à la place des produits qui existent dans la nature comme le souffre, ainsi que les engrais organiques tels que le compost, les engrais verts composés d'herbes qui apportent de l'azote et la bouillie bordelaise qui favorisent la pousse et traitent les vignes en cas de maladies. L'année 2012 marque également un tournant des vins bio, grâce à l'élaboration de règles qui exige un contrôle du processus de vinification du vin bio. La liste des intrants autorisés est réduite. Ainsi, pour accélérer la fermentation et rééquilibrer le vin en cas de besoin, les seuls intrants œnologiques autorisés en quantité très limitée sont tous d'origine naturelle. Le vin bio a ainsi un goût plus pur avec une acidité plus prononcée que les vins conventionnels.

Ce qu’il faut savoir sur le vin